Préparez prestement ce pinot qui pinote pour procéder vendredi

Voilà qu’on est déjà le lundi avant le 18e Vendredi du Vin, dont le thème est « Quand ça pinote dans le verre« . Avec un T. Sinon, ça serait vraiment autre chose que du pinot noir, le cépage subtil qui est au coeur de la présente dégustation.

Votre bouteille viendra-t-elle de Nouvelle-Zélande, de Californie, d’Australie, d’Italie, d’Espagne ou, point d’origine sans lequel les autres n’y seraient pas, de Bourgogne? C’est ce que tous les VdVistes ont bien hâte de découvrir tous ensemble.

N’oubliez pas, ce vendredi, de bien faire parvenir un lien à votre humble serviteur, en plaçant un commentaire sur ce blogue ou sur À chacun sa bouteille, blog présidentiel du mois. Car si les liens ne sont pas communiqués, il devient bien difficile de les inclure dans la synthèse du lundi suivant.

N’oubliez pas de boire vos bouteilles à la santé de Didier Dagueneau, disparu la semaine dernière dans un accident d’ultra-léger, ou à celle d’Anthony Perrin, propriétaire du Château Carbonnieux (lien en anglais, j’en ai pas trouvé en français…), mort cette semaine à la suite d’une longue maladie. On les salue bien bas.

Santé à tous et toutes et à vendredi!

 

Rémy

Un commentaire pour Préparez prestement ce pinot qui pinote pour procéder vendredi

  1. en vue des vendredi du vin de demain, on attaque avec ce :

    domaine tortochot 2001 gevrey-chambertin « les jeunes rois :

    il fallait que ça « pinote »… je devais trouver quelque chose d’un peu plus olé/olé mais j’ai pas retrouvé la bouteille en question, c’est ça quand on range !

    l’oeil est drôle pour moi qui suis plus habitué aux robes de vins du sud ou du bordelais car elle est rouge très clair fortement orangée, fortement éclaircie sur le bord, les larmes étant assez lentes

    le nez est typique pinot : violette qui me saute aux narines, corbeille de fruits rouges, petite note fugace de cerise à l’eau de vie, sureau, râfle (verdeur presque), épices douces, s’ouvre à l’aération

    en bouche l’attaque est très discrète, presque inexistante, le milieu de bouche présente un assez beau volume qui fait bonne impression, ceci dit le boisé est présent et sèche le vin, l’alcool est très présent, et l’acidité trop forte et déséquilibre le vin, forte sensation terreuse aussi en milieu de bouche, la finale étant par contre assez longue

    j’avoue ne pas avoir aimé, même si je suis totalement inculte niveau bourgognes rouges (blancs aussi d’ailleurs) mais j’ai eu l’impression d’un vin pas mûr (jeunes vignes ?) est-il à attendre, j’avoue ne rien en savoir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :