VdV 19: La nature parle, écoutons-la!

Mes amis du Vendredi, je suis un brin en retard, là. Le vendredi est presque fini, du côté du Jura, Olif et compagnie sont déjà bien lancés dans la dégustation du jour, sur le thème des vins sans soufre, avec leurs beautés et leurs humeurs un brin… sulfureuses, parfois. Au figuré, bien entendu.

Et moi, c’est à cette heure que je débarque pour annoncer qu’aujourd’hui, c’est le 19e Vendredi du Vin. Peuchère…

Le retard provient d’un brin de décalage horaire – et de plusieurs heures d’avion – entre San Francisco (où se trouvaient aussi, beau hasard, l’excessivement sympathique Jean Montanet du Domaine de la Cadette, à Vézelay, et la non moins charmante Catherine Breton, du Domaine Breton, dans la Loire, tous deux producteurs de vins naturels que j’ai croisés à une dégustation très courue chez Terroir, à la fois bar et marchand de vins nature) et Québec. On n’est pas encore branché dans les airs, alors il faut bien attendre de revenir les pieds sur terre pour communiquer avec la glouglousphère.

Alors voilà, c’est fait. Si vous voulez participer et que ceci sert de rappel, faites vite pour bloguer (ou écrire un commentaire sur ce site), afin qu’Olif ait la chance de compter votre participation dans la synthèse du lundi. Et faites-le lui savoir, pour qu’il puisse vous trouver sans peine.

Les opinions de tous sont bienvenues, à propos de cette façon de faire du vin très discutée. N’hésitez pas à vous joindre à la discussion. Pas besoin d’être expert. Bien au contraire.

Bon vendredi, joyeuse Halloween et à lundi pour la synthèse!

 

Rémy

6 commentaires pour VdV 19: La nature parle, écoutons-la!

  1. Bil dit :

    Surf bien heureux en ce jour de morts. Je note Vezelay dans mon carnet et irait au plus vite. Merci !

  2. vendredis dit :

    Content d’enrichir votre carnet, Bil. Si vous passez par Vézelay, chez Jean Montanet, donnez-nous des nouvelles ici. Ne serait-ce qu’un lien vers votre blogue allumé et original.

  3. toon dit :

    Hola,
    voici ma contrib,
    Jean-Mi Stéphan Côteaux de Tupin 2003 (en plus j’ai mangé à la source, pour ceux qui connaissent !).
    Pour un vin sans soufre, millésime caniculaire, quelle fraicheur !
    Un nez jeune sur le fruit, puis l’épices. A l’aération sous bois, olive noir, violette. La bouche est ample, souple, tout en finesse mais en expression egalement de son terroir. On sent un vin chaleureux et généreux (comme l’homme de côt-Rôt) et fière de son terroir. A boire après 1 heure d’ouverture sur des saucisses aux lentilles.
    Au fait mercredi y a neigé au Pilat pour une info climatique du coin.

    antoon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :