Vendredis du Vin # 27: Le Vin – Médecin de l’Amour

C’est vendredi 25 Juin, que vous êtes conviés de nous raconter vos aventures avec un vin bien spécial – c’est Michel Smith, qui nous y convie sur son blog.

« Alors, pour l’amour de Bacchus, trouvez-moi un Vin Médecin… de l’Amour !
J’ai mal. Elle – mais ce pourrait être « il » – est trop loin de moi. Je cherche un vin médecin pour que mon amour se rapproche de ma rue, puis de ma peau. Un philtre qui guérira mes petites misères sentimentales, une boisson tendre qui raccommodera mon cœur bien en peine, qui chassera le spleen amoureux, qui soignera les affres de l’éloignement de l’être cher, qui rafistolera les crises de manque et qui soulagera mon vague à l’âme tout en me permettant de penser à Elle ou à Lui (rayez la mention inutile) de la plus belle des manières.  »

À vos plus belles plumes!

12 commentaires pour Vendredis du Vin # 27: Le Vin – Médecin de l’Amour

  1. Voici ma petite contribution… en attendant de reprendre le flambeau à Michel pour Juillet…

    http://alsacemaniac.canalblog.com/archives/2010/06/24/18414633.html

  2. Michel Smith dit :

    Sur le Chenin de mon Amour…
    Mon amour est imbroglio. Mon amour est impasse. Il est si lointain que je ne peux voir son visage qu’en photo. Distant, au bout du monde, il me semble comme égaré à jamais dans les brumes éloignées du Far Ouest. Il est si fragile. Qui que vous soyez, faîtes qu’il puisse dépasser le temps de l’été, aborder l’automne puis l’hiver avec plus de conviction. Comprenne qui pourra, mon amour est humble, platonique, déchiré par la société, aussi anormal qu’inabordable, infaisable, insaisissable, à moins d’un divorce destructeur. Je ne dirai pas ton nom, Femme de mon tourment. Car tu es prise, pas libre, indisponible. Vous qui me lisez, sachez qu’elle est belle bien sûr, spirituelle, intellectuelle, professionnelle. Elle est Elle et plus encore. Je n’en dirai pas plus de peur de l’importuner. De mon côté, je suis seul, égaré, paumé, isolé, complètement noyé tellement je me débats dans l’indécision. Mon amour n’est pas déclaré, non acté comme on dit volontiers de nos jours pour faire dans le coup, il est franchement osé dans le fond, mais si peu avoué et impuissant qu’il me rend malade.

    Bref, nous n’avons pas couché pas même baisé dans le sens du baiser que l’on dévore en bouche-à-bouche ni même celui que l’on dépose en effleurant la commissure des lèvres. Dans la solitude grandiose qui m’habite, à peine compromise par l’interprétation dans mon imaginaire de son visage flottant en permanence aux détours de mon esprit, je rédige ces lignes si peu habiles tout juste dignes d’un poète débutant.

    Je l’aime d’une manière désordonnée, peu définie, non déclarée. Cet amour me donne bigrement soif. Et chaque fois que je bois un vin émouvant, je songe à ce fol espoir en un avenir incertain qui verra, un jour peut-être, notre union se réaliser. Cela m’arrange car, Elle aussi, aime le vin. J’en ai vidé quelques verres en sa compagnie et lu dans ses yeux bien des éclats si peu discrets. Comment le lui déclarer ?

    Le dernier philtre d’amour que j’ai bu en solitaire est un amour de vin presque aussi blond que le soleil de sa chevelure. Et un cliché de plus, un ! Alors que j’étais proche du désespoir amoureux, un Touraine Azay-le-Rideau de Pascal Pibaleau vint à ma rescousse. Appellation désuète s’il en est, breuvage goûté un jour de solitude à Paris, Passage des Panoramas dans un nouveau bistrot dont le nom m’échappe, vin droit, voluptueux, cépage chenin d’enfer, chemin conduisant droit aux portes de l’amour, qu’il soit virtuel ou sensuel. J’aime ce gras, cette épaisseur, ces plis et ces replis, cette vague de fraîcheur, cette vie. Ce vin charnel sera donc jusqu’à nouvel ordre mon vin Médecin de l’Amour. L’unique remède du moment capable d’apaiser ma douloureuse maladie. Je t’aime encore et toujours plus. C’est la faute au vin. Dîtes-moi que je rêve, dîtes-moi que c’est pour de vrai. Et voilà qu’en achevant ces lignes je regarde un film sur l’amour en Iran. Dieu que les filles sont belles ! Va falloir fissa trouver un autre vin…

  3. le rustre dit :

    Bonjour, voici ma contribution.

    Je ne sais si la plume est belle, mais le vin lui l’était et la soirée aussi…

    Marc Le rustre.

    http://lerustre.over-blog.com/article-docteur-folamour-si-je-ne-m-abuse-le-vin-qui-dope-les-sentiments-52939921.html

  4. laurentp dit :

    arrgh, c’était ici qu’il fallait venir déposer son lien ? Quand on m’aura tout dit.
    Voici donc ma contribution, à lire en suivant ce lien :

    http://vins-confederes.mabulle.com/index.php/2010/06/26/197552-vdv-opus-27-le-vin-medecin-de-l-amour

    branchez vos hauts-parleurs svp.

    laurent

  5. […] Deuxième contribution aux Vendredis du Vin. La dernière fois, le Vin des Copains était mis à l’honneur par la présidente Anne-Laurence Chauvel Chadronnier. Ce vendredi, le président Michel Smith conviait blogueuses, blogueurs et tous les autres autour du thème : le vin, médecin de l’amour. […]

  6. Michel Smith dit :

    Le Vendredi 25 est passé… Quelques posts sont arrivés ici même et ailleurs. Je n’ai pas trouvé l’enthousiasme que j’escomptais mais cela ne me démobilise nullement d’autant que certains textes sont de vraies perles. Je vous promets un bilan courant Juillet !
    Bel été à toutes et à tous !
    Michel

  7. Vraiment sympa comme initiative ! j’ai pris plaisir à lire chacun de vos textes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :